Je suis parti faire les vendanges et je suis jamais revenu

Entre fin août et octobre, les contrats saisonniers pour les vendanges sont ouverts à ceux qui n’ont pas peur de mettre la main à la vigne et qui ne rechignent pas à travailler en plein air sous un soleil radieux. J’ai décidé de me lancer pour voir si j’avais assez de cran pour faire le boulot, et pourquoi pas, me faire un peu d’argent par la même occasion. Parce qu’il faut dire que la rémunération est quand même basée sur le Smic, soit 9,67 € de l’heure pour environ 60 € net par jour. Toutefois, il faut croire que je ne suis pas taillé pour ce genre de travail très physique qui nécessite quand même une certaine endurance !

D’abord, se faire embaucher comme vendangeur

Les garçons comme les filles peuvent postuler comme vendangeurs, dès lors qu’ils sont majeurs. Mais les plus vieux peuvent aussi être de la partie s’ils se sentent de taille à vendanger comme il faut ! Comme je voulais être embauché dans une région proche de mon domicile, je me suis donc adressé à Pôle Emploi. Par chance, une exploitation familiale près de chez nous embauchait encore et cerise sur le gâteau, elle offrait également la nourriture et le logement ! Tout en remerciant ma bonne étoile, je me suis littéralement jeté sur l’annonce.

Huit heures par jour pour couper du raisin

Si vous n’avez jamais fait l’expérience des vendanges, sachez qu’il n’est pas du tout question de lambiner ou de faire la fine bouche ! D’abord, on vous réveille à 6 heures du matin, vous avez juste le temps de faire trempette et d’avaler votre petit-déjeuner avant d’être embarqué illico dans une camionnette, direction les vignes ! Ensuite, votre travail consistera essentiellement à couper des milliers de grappes de raisin avec un sécateur et à les verser dans une grande hotte.

Pour cela, il s’agira d’adopter une posture pliée en deux toute la journée, et tout cela sous un soleil de plomb. Une petite (trop petite à mon goût) pause bienfaisante pour le déjeuner, et hop ! C’est reparti pour une bronzette et pour les douleurs dans le bas du dos. En général, un coupeur de raisin devrait pouvoir récolter entre 800 et 1000 kg par jour. Attention donc aux coups de pompe et aux maux de dos ! J’ai fini ma journée sur les genoux et sans aucune sympathie pour le soleil ! Je me suis même endormi dans la camionnette sur le trajet du retour.

Une aventure quand même enrichissante

Malgré les horribles courbatures qui me tenaillaient les reins, malgré mon écœurement pour les séances de bronzage (car j’ai suffisamment bronzé pour quelques années), je dois avouer que ces vendanges ont quand même été enrichissantes, même si on ne m’y reprendra plus ! En effet, le soir venu après la harassante journée de travail, les vendangeurs font connaissance, les liens se tissent, la fête bat son plein le vin aidant un peu à oublier la fatigue. Comme le contrat ne dure en moyenne que 8 à 15 jours, les amitiés (voire plus) ne tardent pas à se faire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *